La transition numérique du secteur public doit franchir une nouvelle étape : celle de la performance.

Après avoir été volontaires et engagées cette dernière décennie pour développer les premiers services numériques pour les citoyens, leurs partenaires et leurs agents, les administrations en France font face désormais à la montée en puissance de ces services, qui appelle à une performance plus solide et stable dans la durée.

Un service numérique performant, c’est un service capable d’être actif en continu malgré les pics de charge, c’est un service disponible pour le plus grand nombre, selon les plateformes, c’est un service à l’abri de toute menace externe pouvant mettre les données personnelles en péril, c’est un service en mesure de se renouveler, de s’adapter de manière simple si les attentes des usagers évoluent, c’est un service mis en œuvre en maitrisant son coût de fonctionnement

Ces exigences de performance impliquent indéniablement plus de souplesse et d’agilité dans la manière de concevoir et d’opérer ces services sur le long terme. A ce titre, le modèle du cloud offre indéniablement ces qualités et se positionne donc désormais au cœur des dispositifs de transition digitale des administrations françaises.

 

L’intérêt des décideurs publics pour les solutions de cloud est manifeste : 73% d’entre eux se prononcent en faveur d’un renforcement de la prise en compte de ce modèle par leur organisation publique d’ici 2024. Si les décideurs de collectivités soutiennent largement cette tendance (65%), les décideurs de ministères et leurs agences se démarquent particulièrement : 100% de décideurs de ministères interrogés et 85% de décideurs d’agences. Ce résultat est pertinent en regard de la stratégie « Cloud au centre de l’Etat » publiée en juillet 2021, faisant du cloud un prérequis pour tous les nouveaux projets numériques de l’Etat ou toute refonte de l’architecture applicative existante.

Concrètement, deux voies sont proposées aux décideurs de ministères :

  •  Les clouds internes interministériels de l’Etat avec deux offres : le cloud Nubo de la DGFIP et le cloud π (Pi) de l’intérieur. Ces offres s’appuient sur la technologie open source OpenStack. Elles s’appuient sur, et sont portées par, le réseau interministériel de l’État (RIE), dont la raison d’être est d’assurer la continuité de l’État, même en cas de défaillance majeure d’Internet. Ces clouds internes sont appelées à évoluer pour s’enrichir de fonctionnalités, adopter un modèle économique de refacturation,
  • Les offres de cloud proposées par les industriels satisfaisant des critères stricts de sécurité, par l’intermédiaire du support contractuel de l’Ugap. Il vise à offrir le meilleur de l’état de l’art, sans prérequis de sécurité et de souveraineté (entendu dans le sens d’une indépendance au droit extra-européen), ce qui n’empêche pas que certaines offres commerciales aient d’excellentes qualités en la matière et puissent encore s’améliorer avec le temps.

Cette stratégie signe la fin progressive des infrastructures par ministère.

Sommaire de l’étude :

  • Convictions
  • Un intérêt pour le cloud qui se renforce d’ici 2024
  • Une appropriation franche du mode SaaS
  • IaaS ou PaaS : une diversité de modèles
  • Part du parc applicatif qui pourrait basculer dans des cloud publics d’ici 2024
  • L’hybridation en ligne de mire
  • Contextes d’usages privilégiés avec des environnements IaaS ou PaaS
  • Top 10 des leviers pour convaincre de recourir au cloud
  • Top 10 des avantages reconnus du cloud
  • Une bonne connaissance de la stratégie d’offres cloud de l’État
  • Organismes publics entrants dans la stratégie Cloud au centre de l’État : quels choix ?
  • Organismes publics non soumis à la stratégie de l’État : quels sont leurs choix ?
  • Migrer vers le cloud : quelle méthode ?
  • Top 8 des critères retenus pour choisir un partenaire cloud
  • Top 8 des critères pour la protection des données demandés au prestataire
  • Prestataires les mieux positionnés en France selon les décideurs publics, pour les accompagner
  • Échantillon de l’étude

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Les données communiquées ci-dessus sont extraites du programme de recherche continue Secteur Public et Digital de Markess by Exaegis.
Accessible depuis notre Portail Client, ce programme délivre des analyses s’appuyant sur plusieurs centaines d’interviews annuelles de décideurs, ainsi que de prestataires. Elles permettent, avec les données de marché, de comprendre l’état de l’art du marché et d’anticiper les grandes tendances à court terme (moins de 2 ans).

———————————

Markess by Exaegis est un cabinet d’analystes spécialisé sur les marchés français du numérique. A partir de ses programmes de Recherche, le cabinet accompagne les Directions Métiers dans leur compréhension et évaluation de partenaires numériques, et les Éditeurs de Logiciels et ESN dans leur stratégie de développement.

Pour plus d’informations sur nos analyses et sur le contenu de nos programmes,
n’hésitez pas à nous contacter !
Juliette Courty-Garnier02 47 87 10 09
juliette.courty-garnier@markess.com

Ajoutez vos commentaires

Your email address will not be published.