La décarbonation semble enfin occuper une place centrale parmi les préoccupations des organisations, notamment sous l’impulsion des pouvoirs publics. Après des années de vœux pieux, le marché est-il en train de basculer dans une nouvelle ère ?

Les initiatives chez les industriels et les acteurs du numérique se multiplient

Dans le sillage des nouvelles directives de l’Union Européenne et du gouvernement français en matière d’environnement, de nombreux acteurs de premier plan se sont donnés pour mission de réduire leur empreinte carbone. Les objectifs environnementaux coïncident, en effet, souvent avec les enjeux de rationalisation des coûts comme la recherche de sobriété et d’efficacité énergétique. De nombreux grands groupes ont ainsi déployé un certain nombre de procédés pour développer un modèle économique plus durable, moins dépensier et plus compétitif. Le Groupe Pierre Fabre a, par exemple, créé son propre indice, le Green Impact Index, basé sur 14 critères environnementaux certifiée par l’Afnor. Le constructeur Renault s’est, lui, fixé pour objectif la neutralité carbone en 2040 sur le continent européen et en 2050 dans le reste du monde.

Les acteurs du numérique ne sont pas en reste puisque Capgemini a, par exemple, lancé six programmes autour de la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE), concernant l’inclusion numérique, la diversité, l’environnement, le mécénat et volontariat, le handicap et, enfin, le numérique responsable. L’an dernier, 25 acteurs européens du cloud et des datacenters – dont Google Cloud, AWS, OVHcloud, Atos, Outscale ou encore Scaleway – se sont engagés à atteindre la neutralité carbone d’ici 2030 en devenant climatiquement neutre. Pour atteindre ces objectifs, ils ciblent plus d’efficacité énergétique, une énergie à 100 % décarbonée, le recyclage de l’eau, ainsi que l’emploi de serveurs reconditionnés et la récupération de la chaleur produite par les datacenters.

L’impulsion déterminante des évolutions réglementaires

Au cours des dix dernières années, un nombre important d’évolutions réglementaires ont poussé les organisations publiques et privées à avancer vers la décarbonation, même s’il leur reste un long chemin à parcourir. En 2021, la loi REEN (Réduction de l’empreinte environnementale du numérique) visait à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France. En 2022, les mesures du Pacte vert européen ont porté l’objectif de réduction des émissions en 2030 à minimum 50 % par comparaison avec les niveaux de 1990.

Pour que la France respecte ses engagements de neutralité carbone à horizon 2050, conformément aux Accords de Paris, le secteur public et ses 5 millions d’agents prennent le virage du « green » par le biais de programmes d’accompagnement incitant les administrations à rénover leurs bâtiments, à renouveler leurs véhicules, ou à remplacer leur éclairage par des LED (programme Lum’ACTE). Un cas emblématique est l’obligation d’utiliser du matériel informatique reconditionné imposant 20 à 40% de fournitures issues du réemploi et de la réutilisation, imposée par la loi AGEC (Anti-gaspillage pour une économie circulaire) de 2022.

A mesure que l’impact du réchauffement climatique devient toujours plus visible, les initiatives des entreprises et des pouvoirs publics en la matière deviennent, elles aussi, de plus en plus concrètes, sous la pression des réglementations et des consommateurs. L’époque du « greenwashing » semble donc bel et bien en passe de s’achever, laissant place à une nouvelle ère que l’on pourrait qualifier de « greenacting ». Une ère centrée non plus sur le discours mais sur les actions.

________________________

Fondée en 1997, Markess by Exaegis est la société d’études et de conseil de référence sur le numérique en France. Le socle de recherche continue, associé aux études et au conseil sur mesure, permet aux dirigeants des entreprises et organisations publiques comme des fournisseurs de solutions d’obtenir les informations, l’accompagnement et les outils indispensables dont ils ont besoin pour saisir les grands défis, les enjeux de leur transformation digitale et atteindre leurs objectifs.

Ajoutez vos commentaires

Your email address will not be published.